On-pump beating-heart versus conventional coronary artery bypass grafting for revascularization in patients with severe left ventricular dysfunction: early outcomes

On-pump beating-heart versus conventional coronary artery bypass grafting for revascularization in patients with severe left ventricular dysfunction: early outcomes

Can J Surg 2013;56(6)398-404 | PDF

Bilgehan Erkut, MD; Ozgur Dag, MD; Mehmet Ali Kaygin, MD; Mutlu Senocak, MD; Husnu Kamil Limandal, MD; Umit Arslan, MD; Adem Kiymaz, MD; Ahmet Aydin, MD; Nail Kahraman, MD; Eyup Serhat Calik, MD

From the Department of Cardiovascular Surgery, Erzurum Training and Research Hospital, Erzurum, Turkey


Abstract

Background: We sought to evaluate the effects of on-pump beating-heart versus conventional coronary artery bypass grafting techniques requiring cardioplegic arrest in patients with coronary artery disease with left ventricular dysfunction.

Methods: We report the early outcomes associated with survival, morbidity and improvement of left ventricular function in patients with low ejection fraction who underwent coronary artery bypass grafting between August 2009 and June 2012. Patients were separated into 2 groups: group I underwent conventional coronary artery bypass grafting and group II underwent an on-pump beating-heart technique without cardioplegic arrest.

Results: In all, 131 patients underwent coronary artery bypass grafting: 66 in group I and 65 in group II. Left ventricular ejection fraction was 26.6% ± 3.5% in group I and 27.7% ± 4.7% in group II. Left ventricular end diastolic diameter was 65.6 ± 3.6 mm in group I and 64.1 ± 3.2 mm in group II. There was a significant reduction in mortality in the conventional and on-pump beating-heart groups (p < 0.001). Perioperative myocardial infarction and low cardiac output syndrome were higher in group I than group II (both p < 0.05). Improvement of left ventricular function after the surgical procedure was better in group II than group I. Conclusion: The on-pump beating-heart technique is the preferred method for myocardial revascularization in patients with left ventricular dysfunction. This technique may be an acceptable alternative to the conventional technique owing to lower postoperative mortality and morbidity. Contexte : Nous avons voulu comparer les effets du pontage coronarien sur cœur battant sous CEC (circulation extracorporelle) et ceux du pontage coronarien classique exigeant un arrêt cardioplégique chez des patients atteints de coronaropathie et de dysfonction ventriculaire gauche.

Résumé

Méthodes : Nous faisons état des premiers résultats aux plans de la survie, de la morbidité et de l’amélioration de la fonction ventriculaire gauche chez des patients qui avaient une fraction d’éjection faible et qui ont reçu un pontage coronarien entre août 2009 et juin 2012. Les patients ont été répartis en 2 groupes : le groupe I a été soumis à la technique de pontage coronarien classique et le groupe II a été soumis à la technique à cœur battant sous CEC sans arrêt cardioplégique.

Résultats : En tout, 131 patients ont reçu un pontage coronarien : 66 dans le groupe I et 65 dans le groupe II. La fraction d’éjection ventriculaire gauche était de 26,6 % ± 3,5 % dans le groupe I et de 27,7 % ± 4,7 % dans le groupe II. Le diamètre télédiastolique ventriculaire gauche était de 65,6 ± 3,6 mm dans le groupe I et de 64,1 ± 3,2 mm dans le groupe II. On a noté une réduction significative de la mortalité dans les groupes soumis à l’intervention classique et à l’intervention à cœur battant sous CEC (p < 0,001). L’infarctus du myocarde peropératoire et le syndrome de faible débit cardiaque ont été plus fréquents dans le groupe I que dans le groupe II (tous deux p < 0,05). L’amélioration de la fonction ventriculaire gauche après l’intervention chirurgicale a été plus marquée dans le groupe II que dans le groupe I. Conclusion : La technique à cœur battant sous CEC est la méthode préférée de revascularisation myocardique chez les patients atteints d’une dysfonction ventriculaire gauche. Cette technique peut être une solution de rechange acceptable à la technique classique en raison des taux de mortalité et de morbidité postopératoires plus faibles qui y sont associés.


Accepted for publication Jan. 31, 2013

Competing interests: None declared.

Contributors: B. Erkut, M.A. Kaygin, M. Senocak, A. Kiymaz and E.S.Calik designed the study. B. Erkut, O. Dag, M.a. Kaygin, H.K.Limandal, U. Arslan, A. Kiymaz and N. Kahraman acquired the data, which B. Erkut, O. Dag, M.A. Kaygin, U. Arslan and A. Aydin analyzed. B. Erkut, M.A. Kaygin, M. Senocak, H.K. Limandal, N. Kahraman and E.S. Calik wrote the article, all authors reviewed and approved for publication.

DOI: 10.1503/cjs.018412

Correspondence to: B. Erkut, Department of Cardiovascular Surgery, Erzurum Training and Research Hospital, 25080 Erzurum, Turkey; bilgehanerkut@yahoo.com