Clinical Congress 2014: The Surgeon of the Future

Canadian Journal of Surgery -

Intentionally curative treatment of locally recurrent rectal cancer: a systematic review

Intentionally curative treatment of locally recurrent rectal cancer: a systematic review

Can J Surg 2013;56(2):135-144 | PDF

Pieter J. Tanis, MD, PhD*; Annemiek Doeksen, MD, PhD†; J. Jan B. van Lanschot, MD, PhD‡

From the Departments of Surgery, *Academic Medical Center, Amsterdam, †Diakonessen Hospital, Utrecht, and ‡Erasmus Medical Center, Rotterdam, The Netherlands

Abstract

Background: There is a lack of outcome data beyond local recurrence rates after primary treatment in rectal cancer, despite more information being necessary for clinical decision-making. We sought to determine patient selection, therapeutic modalities and outcomes of locally recurrent rectal cancer treated with curative intent.

Methods: We searched MEDLINE (1990–2010) using the medical subject headings “rectal neoplasms” and “neoplasm recurrence, local.” Selection of cohort studies was based on the primary intention of treatment and availability of at least 1 outcome variable.

Results: We included 55 cohort studies comprising 3767 patients; 8 studies provided data on the rate of intentionally curative treatment from an unselected consecutive cohort of patients (481 of 1188 patients; 40%). Patients were symptomatic with pain in 50% (796 of 1607) of cases. Overall, 3088 of 3767 patients underwent resection. The R0 resection rate was 56% (1484 of 2637 patients). The rate of external beam radiotherapy was 100% in 9 studies, 0% in 5 studies, and ranged from 12% to 97% in 37 studies. Overall postoperative mortality was 2.2% (57 of 2515 patients). Five-year survival was at least 25%, with an upper limit of 41% in 11 of 18 studies including at least 50 resections. We found a significant increase in reported survival rates over time (r2 = 0.214, p = 0.007).

Conclusion: More uniformity in treatment protocols and reporting on outcomes for locally recurrent rectal cancer is warranted. The observed improvement of reported survival rates in time is probably related to better patient selection and optimized multimodality treatment in specialized centres.

Résumé

Contexte : À part les taux de récurrences locales, on constate un manque de données relatives aux résultats des premiers traitements pour cancer rectal, alors que la prise de décision clinique nécessiterait des renseignements plus complets. Nous avons voulu déterminer comment s’effectuaient la sélection des patients et le choix des modalités thérapeutiques et quelle était l’issue des récurrences locales de cancer rectal soumises à un traitement curatif.

Méthodes : Nous avons interrogé le réseau MEDLINE (1990–2010) à partir des rubriques « rectal neoplasms » (cancers rectaux) et « neoplasm recurrence, local» (récurrence locale de cancer). La sélection des études de cohorte a été faite en fonction de la visée principale du traitement et de la présence d’au moins 1 variable liéeà l’issue du traitement.

Résultats : Nous avons inclus 55 études de cohorte regroupant 3767 patients; 8 études ont fourni des données sur les taux de traitement à visée curative pour une cohorte de patients consécutifs non sélectionnés (481 patients sur 1188; 40 %). Les patients présentaient des symptômes de douleur dans 50 % des cas (796 sur 1607). Dans l’ensemble, 3088 patients sur 3767 ont subi une résection. Le taux de résection R0 était de 56 % (1484 patients sur 2637). Le taux de radiothérapie transcutanée était de 100 % dans 9 études, de 0 % dans 5 études et allait de 12 % à 97 % dans 37 études. La mortalité postopératoire globale était de 2,2 % (57 patients sur 2515). La survieà 5 ans était d’au moins 25 %, avec une limite supérieure de 41 % dans 11 études sur 18 incluant au moins 50 résections. Nous avons observé une augmentation significative des taux de survie rapportés dans le temps (r2 = 0,214, p = 0,007).

Conclusion : Les protocoles thérapeutiques et la présentation des rapports sur l’issue des récurrences locales de cancer rectal gagneraient à être uniformisés. L’amélioration des taux de survie observée dans le temps est probablement liée à une sélection plus circonspecte des patients et à une amélioration des traitements multimodaux prodigués dans des centres spécialisés.

 


 

Accepted for publication Mar. 5, 2012

Competing interests: None declared.

Contributors: All authors helped design the study, analyzed data and approved publication of the article. P.J. Tanis acquired the data and w

DOI: 10.1503/cjs.025911

Correspondence to: P.J. Tanis, Department of Surgery, Academic Medical Center, Meibergdreef 9, 1105 AZ Amsterdam, The Netherlands; P.J.Tanis@amc.nl