Endoloop versus endostapler closure of the appendiceal stump in pediatric laparoscopic appendectomy

Endoloop versus endostapler closure of the appendiceal stump in pediatric laparoscopic appendectomy

Can J Surg 2012;55(1):37-40 | PDF

Arash Safavi, MD, Monica Langer, MD, Erik D. Skarsgard, MD

From the Department of Surgery, BC Children’s Hospital and the University of British Columbia, Vancouver, BC

Abstract

Background: There is little information available to inform choice of technique for appendiceal stump control in pediatric laparoscopic appendectomy (LA). We compared complications (stump leak, intra-abdominal abscess formation [IAA], surgical site infection [SSI]) in children undergoing LA for perforated (PA) and nonperforated appendicitis (NPA) by technique of appendiceal stump control.

Methods: All children who underwent LA for confirmed acute appendicitis between 2006 and 2009 were reviewed. Choice of stump control (endoloop [EL] or endostapler [ES]) was determined by surgeon preference. Interactions between stump closure techniques and other potential confounders (intra-abdominal drain, irrigation, different antibiotic regimens) were explored using a logistic regression model.

Results: Of 242 patients undergoing LA, 57 (23.6%) had PA. In the PA group the appendiceal stump was closed with EL in 47 (82.5%) patients, while in the NPA group EL was used in 161 (87%) patients. Among PA patients, IAA was more common in the ES than the EL group (5 of 10 [50%] v. 6 of 47 [12.7%]). There was no significant difference in rates of SSI. Among NPA patients, there were no differences in rates of IAA or SSI. There were no stump leaks in either group. Logistic regression analysis confirmed the predictive effect of ES use on IAA formation in PA (adjusted odds ratio 7.09; 95% confidence interval 1.08–46.13; p = 0.042).

Conclusion: Our data suggest that in most cases of PA, the appendiceal stump can be safely controlled with EL. Within the PA group, the higher rates of IAA seen in ES patients may be attributable to the quality of the appendiceal stump rather than the technique of closure.

Résumé

Contexte : Il y a peu d’information disponible pour éclairer le choix de la technique de contrôle du moignon de l’appendice au cours d’une appendicectomie par laparoscopie (AL) en pédiatrie. Nous avons comparé les complications (fuite au niveau du moignon, apparition d’un abcès intra-abdominal [AIA], infection du champ opératoire [ICO]) chez des enfants qui ont subi une AL à cause d’une appendicite perforée (AP) et non perforée (ANP) effectuée au moyen de la technique du contrôle du moignon de l’appendice.

Méthodes : Nous avons étudié les dossiers de tous les enfants qui ont subi une AL à cause d’une appendicite aiguë confirmée entre 2006 et 2009. Le choix de la technique de contrôle du moignon (ligature endoloop [EL] ou agrafe endostapler [ES]) a été déterminé par la préférence du chirurgien. Nous avons exploré les interactions entre les techniques de fermeture du moignon et d’autres facteurs confusionnels possibles (drain intra-abdominal, irrigation, antibiothérapie différente) au moyen d’un modèle de régression logistique.

Résultats : Sur 242 patients qui ont subi une AL, 57 (23,6 %) avaient une AP. Chez les patients qui avaient une AP, le moignon de l’appendicite a été refermé par ligature EL dans 47 cas (82,5 %), tandis qu’on a utilisé la ligature EL chez 161 (87 %) des patients qui avaient une ANP. Chez les patients qui avaient une AP, l’ICO était plus fréquente chez ceux qui ont reçu des agrafes ES que chez ceux qui ont reçu une ligature EL (5 sur 10 [50 %] c. 6 sur 47 [12,7 %]). Il n’y avait pas de différence significative sur le plan des taux d’ICO. Chez les patients qui avaient une ANP, on n’a constaté aucune différence quant au taux d’apparition d’un AIA ou d’une ICO. Il n’y avait pas de fuite au niveau du moignon chez les membres des 2 groupes. L’analyse par régression logistique a confirmé l’effet prédicteur de l’utilisation de l’agrafe ES sur l’apparition d’AIA dans les cas d’AP (ratio d’incidence ajusté 7,09; intervalle de confiance à 95 %, 1,08–46,13; p = 0,042).

Conclusion : Nos données indiquent que dans la plupart des cas d’AP, il est possible de contrôler le moignon de l’appendice en toute sécurité au moyen d’une ligature EL. Chez les patients qui ont subi une AP, les taux plus élevés d’AIA constatés chez ceux qui ont reçu des agrafes ES peuvent être attribuables à la qualité du moignon d’appendice plutôt qu’à la technique de fermeture.


Accepted for publication Jan. 4, 2011

Competing interests: None declared.

Contributors: M. Langer and E.D. Skarsgard designed the study and reviewed the article. A. Safavi acquired and analyzed the data. All authors wrote the article and approved its publication.

DOI: 10.1503/cjs.023810

Correspondence to: Dr. E.D. Skarsgard, K0-123 ACB, 4480 Oak St., Vancouver BC V6H 3V4; eskarsgard@cw.bc.ca