Factors that determine whether a patient receives completion axillary lymph node dissection after a positive sentinel lymph node biopsy for breast cancer in British Columbia

Factors that determine whether a patient receives completion axillary lymph node dissection after a positive sentinel lymph node biopsy for breast cancer in British Columbia

PDF

Nava Aslani, MD, MHSc*; Todd Swanson, MD*; Hagen Kennecke, MD†; Ryan Woods, MSc†; Noelle Davis, MD†

From the *General Surgery Residency Program, University of British Columbia, and the †BC Cancer Agency, Vancouver, BC

Abstract

Background: Completion axillary lymph node dissection (CALND) is recommended in the setting of positive sentinel lymph node biopsy (SLNB) but is associated with a higher rate of postoperative complications. In this study, the characteristics and outcomes of patients who did and did not have CALND are compared.

Methods: We identified all patients with breast cancer with positive sentinel lymph nodes (SLNs) who did not have concurrent CALND from 2003 to 2006 using a prospectively collected database (British Columbia Cancer Breast Outcomes database) and retrospective chart review. Patient and tumour characteristics were compared between those who received CALND and those who did not.

Results: Among 185 patients with positive SLNs identified by SLNB, 90 had a CALND and 95 had no further surgical therapy. Patients who did not receive CALND had more sentinel nodes removed (p < 0.001), a lower percentage of positive SLNs (p < 0.001) and lower pathologic N stage (p = 0.044) than those who did receive CALND. The size of the breast lesion, size of the largest SLN deposit, estrogen receptor status, grade, lymphovascular invasion, histology and multifocality were not significantly different between groups. Sixty-two percent of women who did not have CALND received radiation to the axilla. Postoperative complication rates (including lymphedema) were higher in the CALND group (21%) compared with the SLNB group (7%). The rates of locoregional recurrence (1% in both groups) and systemic metastases (6% in the CALND group v. 8% in the SLNB group) were similar at 36 months' follow-up. Conclusion: Compared with women who had CALND, women who did not receive CALND had on average a lower N stage with 3 or more SLNs removed and less than 50% node positivity. Most of these women received radiation therapy to the axilla and had comparable recurrence rates to those who had CALND.

Résumé

Contexte : L’ablation des ganglions lymphatiques axillaires (AGLA) est recommandée lorsque la biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles donne des résultats positifs, mais cette intervention est associée à un taux plus élevé de complications postopératoires que la seule biopsie. Cette étude a comparé les caractéristiques et les résultats chez les patientes qui ont subi une AGLA et chez celles qui n’ont pas subi cette intervention.

Méthodes : Nous avons repéré toutes les patientes atteintes de cancer du sein chez lesquelles la biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles a donné un résultat positif et qui n’avaient pas subi une AGLA simultanée, de 2003 à 2006, à partir d’une base de données recueillies de façon prospective (base de données sur l’issue du cancer du sein en Colombie-Britannique) et nous avons effectué une étude rétrospective des dossiers. Nous avons comparé les caractéristiques des patientes et celles de la tumeur chez les patientes qui ont subi une AGLA et chez celles qui n’en ont pas subi.

Résultats : Sur les 185 patientes dont les ganglions lymphatiques sentinelles avaient été jugé positif à la suite d’une biopsie, 90 avaient subi une AGLA et 95 n’avaient pas subi d’autre traitement chirurgical. Les patientes qui n’ont pas subi une AGLA avaient subi l’ablation d’un plus grand nombre de ganglions sentinelles (p < 0,001), présentaient un pourcentage moins élevé de ganglions sentinelles positifs (p < 0,001) et se trouvaient à un stade pathologique N moins élevé (p = 0,044) que celles qui ont subi une AGLA. Il n'y avait pas de différences significatives entre les groupes quand à la grosseur de la lésion du sein, à la taille de la concentration la plus importante dans les ganglions lymphatiques sentinelles, à l'état des récepteurs de l'oestrogène, au grade, à l'envahissement lymphovasculaire, à l'histologie et à la multifocalité. Soixante-deux pour cent des femmes qui n'ont pas subi d'AGLA ont reçu une irradiation de l'aisselle. Les taux de complications postopératoires (y compris de lymphoedème) ont été plus élevés chez les patientes qui ont subi une AGLA (21 %) que chez celles qui ont subi une biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles (7 %). Les taux de récidive locorégionale (1 % dans les 2 groupes) et de métastases généralisées (6 % chez les patientes qui ont subi une AGLA c. 8 % chez celles qui ont eu une biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles) étaient semblables au suivi à 36 mois. Conclusion : Chez les femmes qui n’ont pas subi d’AGLA, par rapport aux femmes qui ont subi cette intervention, le stade N était en moyenne moins élevé, elles ont subi l’ablation de 3 ganglions lymphatiques sentinelles ou plus et moins de 50 % des ganglions étaient positifs. La plupart de ces femmes ont reçu une radiothérapie à l’aisselle et leurs taux de récidive étaient comparables à ceux que l’on a constatés chez celles qui avaient subi une AGLA.


Presented at the Canadian Surgery Forum, Sept. 10–13, 2009, in Victoria, BC

Accepted for publication Aug. 9, 2010

Competing interests: None declared.

Contributors: Drs. Davis, Kennecke and Swanson designed the study. Drs. Aslani and Kennecke acquired the data, which Drs. Kennecke and Mr. Woods analyzed. Drs. Aslani, Davis and Kennecke wrote the article, which Drs. Davis, Kennecke and Swanson and Mr. Woods reviewed. All authors approved the article’s publication.

DOI: 10.1503/cjs.007810

Correspondence to: Dr. N. Davis, Gordon and Leslie Diamond Health Centre, 5th Floor, 2775 Laurel St., Vancouver BC V5Z 1M9; ndavis@bccancer.bc.ca