“Hockey wrist”: dorsal ulnotriquetral ligament injury

“Hockey wrist”: dorsal ulnotriquetral ligament injury

Can J Surg 2018;61(6):398-404 | PDF

Emilie Sandman, MD, MSc; Mathieu Boily, MD; Paul A. Martineau, MD

Abstract

Background: Ulnar-sided wrist pain at the dorsal proximal triquetrum, especially during wrist pronation, flexion and radial deviation, is common in athletes, particularly ice hockey players. The purpose of this study was to evaluate in which position the dorsal ulnotriquetral ligament (DUTL) is placed under the greatest strain, the torque to failure and the injury pattern. We hypothesized that the DUTL is maximally strained with wrist flexion, pronation and radial deviation, and that, at failure, the ligament tears off the triquetrum.

Methods: We performed a biomechanical study on 7 fresh frozen cadaveric upper extremities, with testing done on a wrist-movement stimulator to identify the position (45° of wrist flexion, 45° of wrist extension or neutral) that generated the highest and earliest strain increases in the DUTL. We performed load-to-failure testing, characterized the ligament’s pattern of failure, and repaired and retested the DUTL using the same load-to-failure protocol.

Results: The DUTL reached 3 N∙m the earliest in 45° of wrist flexion (p = 0.02). The native DUTL failed at 0.35 N∙m (standard deviation [SD] 0.13 N∙m) per degree of angular stiffness, 12.93 N∙m of yield strength and with angular deformation of 57.73° (SD 20.62°). There was no significant difference in these variables between the native and repaired DUTL. Tearing occurred at a mean of 10 mm (SD 2 mm) proximal from the triquetrum’s insertion in a transverse midsubstance pattern.

Conclusion: This study showed a reproducible pattern of injury to the DUTL in a cadaveric model. Additional work is needed to further characterize the pathoanatomy of “hockey wrist.”

Résumé

Contexte : La douleur cubitale au poignet, au niveau du triquetrum proximal dorsal, surtout à la pronation, à la flexion et à la déviation radiale du poignet, est fréquente chez les athlètes, particulièrement chez les joueurs de hockey. Le but de cette étude était d’évaluer la position dans laquelle le ligament ulnotriquétral dorsal (LUTD) est soumis à la pression la plus grande, le couple de torsion menant à la défaillance et le mode de blessure. Selon notre hypothèse, le LUTD est soumis au maximum de pression lorsque le poignet est en flexion, pronation et déviation radiale, et au moment de la défaillance, le ligament ulnotriquétral se déchire.

Méthodes : Nous avons procédé à une étude biomécanique sur 7 membres supérieurs de cadavres frais congelés, et effectué des tests sur un stimulateur de mouvements du poignet pour établir la position (flexion du poignet à 45°, extension du poignet de 45° ou position neutre) générant les augmentations de pression les plus fortes et les plus rapides sur le LUTD. Nous avons procédé à des tests de mise en charge jusqu’à défaillance, caractérisé le mode de défaillance du ligament et réparé et retesté le LUTD à l’aide du même protocole de mise en charge jusqu’à défaillance.

Résultats : Le LUTD a atteint 3 N∙m le plus rapidement avec une flexion du poignet à 45° (p = 0,02). Le LUTD natif a connu une défaillance à 0,35 N∙m (écart-type [É.-T.] 0,13 N∙m) par degré de raideur angulaire, 12,93 N∙m d’élasticité et avec une déformation angulaire de 57,73° (É.-T. 20,62°). On n’a noté aucune différence significative de ces variables entre les LUTD natifs et réparés. La déchirure s’est produite en moyenne à 10 mm (É.-T. 2 mm) en proximal par rapport à l’insertion du triquetrum selon un trajet transverse affectant la moitié de la substance ligamentaire.

Conclusion : L’étude a démontré un mode reproductible de lésion du LUTD à l’aide d’un modèle cadavérique. Il faudra approfondir la recherche pour caractériser avec plus de précision l’anatomopathologie de la lésion au poignet typiquement causée par la pratique du hockey.


Accepted Jan. 30, 2018; Early-released Oct. 1, 2018

Affiliations: From the Université de Montréal, Montréal, Que. (Sandman); the Department of Orthopaedic Surgery, Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, Montréal, Que. (Sandman); McGill University, Montréal, Que. (Boily, Martineau); and the Departments of Radiology (Boily) and Orthopedic Surgery (Martineau), Montreal University Health Centre, Montréal, Que.

Competing interests: None declared.

Contributors: All authors designed the study, acquired and analyzed the data, wrote and reviewed the article, and approved the final version for publication.

DOI: 10.1503/cjs.012917

Correspondence to: E. Sandman, Department of Orthopaedic Surgery, Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, 5400 Gouin Blvd W, Montréal QC H4J 1C5, sandman.emilie@gmail.com