The usefulness and costs of routine contrast studies after laparoscopic sleeve gastrectomy for detecting staple line leaks

The usefulness and costs of routine contrast studies after laparoscopic sleeve gastrectomy for detecting staple line leaks

Can J Surg 2017;60(5):335-341 | PDF

Dimitry Terterov, MD; Philemon Ho-Yan Leung, MD; Laurie K. Twells, PhD; Deborah M. Gregory, BN, PhD; Chris Smith, MD; Darrell Boone, MD; David Pace, MD, MBA

Abstract

Background: Although laparoscopic sleeve gastrectomy (LSG) has been shown to be a safe and effective treatment for severe obesity (body mass index ≥ 35), staple line leaks remain a major complication and account for a substantial portion of the procedure’s morbidity and mortality. Many centres performing LSG routinely obtain contrast studies on postoperative day 1 for early detection of staple line leaks. We examined the usefulness of Gastrografin swallow as an early detection test for staple line leaks on postoperative day 1 after LSG as well as the associated costs.

Methods: We conducted a retrospective review of a prospectively collected database that included 200 patients who underwent LSG for severe obesity between 2011 and 2014. Primary outcome measures were the incidence of staple line leaks and the results of Gastrografin swallow tests. We obtained imaging costs from appropriate hospital departments.

Results: Gastrografin swallow was obtained on postoperative day 1 for all 200 patients who underwent LSG. Three patients (1.5%) were found to have staple line leaks. Gastrograffin swallows yielded 1 true positive result and 2 false negatives. The false negatives were subsequently diagnosed on computed tomography (CT) scan. The sensitivity of Gastrografin swallow in this study was 33%. For 200 patients, the total direct cost of the Gastrografin swallows was $35 000.

Conclusion: The use of routine upper gastrointestinal contrast studies for early detection of staple line leaks has low sensitivity and is costly. We recommend selective use of CT instead.

Résumé

Contexte : Même si la gastrectomie longitudinale par laparoscopie (GLL) s’est révélée sûre et efficace pour le traitement de l’obésité sévère (indice de masse corporelle ≥ 35), les fuites survenant à la ligne d’agrafes demeurent une complication majeure et sont responsables d’une bonne partie des complications et des décès associés à cette chirurgie. Plusieurs des centres effectuant des GLL procèdent au dépistage systématique des fuites à la ligne d’agrafes en réalisant des tests avec des agents de contraste le jour suivant la chirurgie. Nous avons évalué l’utilité du test à la gastrografine comme méthode de dépistage précoce des fuites à la ligne d’agrafes au jour 1, ainsi que les coûts qui y sont associés.

Méthodes : Nous avons mené une étude rétrospective à partir d’une base de données créée de façon prospective qui portait sur 200 patients ayant subi une GLL entre 2011 et 2014 en raison d’une obésité sévère. Les principaux indicateurs de résultats étaient l’incidence de fuites à la ligne d’agrafes et les résultats obtenus aux tests à la gastrografine. Les renseignements sur le coût des tests d’imagerie nous ont été fournis par les départements appropriés des hôpitaux.

Résultats : Selon les résultats des tests à la gastrografine au jour 1 obtenus pour les 200 patients ayant subi une GLL, 3 patients (1,5 %) présentaient des fuites à la ligne d’agrafes. Il s’agissait en réalité d’un vrai positif et 2 faux négatifs. Le diagnostic des faux négatifs a ensuite été effectué par tomographie par ordinateur. La sensibilité du test à la gastrografine était donc de 33 % au cours de cette étude. Le coût total de ce test, pour les 200 patients, était de 35 000 $.

Conclusion : Le recours à des examens systématiques du tractus gastro-intestinal supérieur au moyen d’agents de contraste pour le dépistage précoce des fuites à la ligne d’agrafes a une faible sensibilité et est associé à des coûts élevés. Nous recommandons plutôt l’utilisation sélective de la tomographie par ordinateur.


This work was presented at the 2015 Canadian Surgery Forum in Québec, Que.

Accepted Apr. 7, 2017; Early-released Aug. 1, 2017

Affiliations: From the Eastern Health Sciences Centre, St. John’s, NL (Terterov, Leung, Boone, Pace); the Faculty of Medicine, Memorial University of Newfoundland, St. John’s, NL (Terterov, Leung, Twells, Gregory, Smith, Boone, Pace); and the School of Pharmacy, Memoral University of Newfoundland, St. John’s, NL (Twells).

Competing interests: None declared.

Contributors: D. Terterov, C. Smith and D. Pace designed the study. All authors acquired and analyzed the data. D. Terterov, P. Leung, L. Twells, D. Gregory and D. Pace wrote the article, which all authors reviewed and approved for publication.

DOI: 10.1503/cjs.015216

Correspondence to: D. Pace, Faculty of Medicine, Memorial University of Newfoundland, 300 Prince Philip Dr, St. John’s NL A1B 3V6; dpace@mun.ca