Results and limitations of outpatient and overnight stay laminectomies for lumbar spinal stenosis

Results and limitations of outpatient and overnight stay laminectomies for lumbar spinal stenosis

Can J Surg 2017;60(5):329-334 | PDF

David Yen, MD; Abdu Albargi, MD

Abstract

Background: At our centre, laminectomies have been traditionally performed as inpatient surgery. A gradual change in practice occurred between 2010 and 2013 to try to do these procedures as outpatient or overnight stay surgery.

Methods: We conducted a retrospective cohort study of consecutive patients having laminectomies over 2 18-month periods: before the change in practice and after full implementation of the outpatient/overnight stay protocol. We collected information on patient characteristics (age, sex, American Society of Anesthesiologists [ASA] classification, home address, number of laminectomy levels, estimated blood loss) and patient outcome (complications, hospital length of stay, 30-day readmissions).

Results: We found no significant difference in age, sex, ASA classification, number of laminectomy levels, or estimated blood loss between the 2 cohorts. There was a change in the number of outpatient (from 0 to 25) and overnight stay laminectomies (from 0 to 13). There was an increase in total (inpatient, overnight stay and outpatient) laminectomies from 41 to 82, and an increase in patients from out of our region from 15% to 32%. There was 1 readmission within 30 days that occurred in the first cohort.

Conclusion: We found that outpatient and overnight stay laminectomies can be done safely, with no patients requiring postoperative admission to hospital or readmissions within 30 days. They can be done in patients from out of town who need to travel home postoperatively. It is possible to safely reduce the level of resources used for spine surgery by carrying out laminectomies as outpatient or overnight stay surgery in select patients.

Résumé

Contexte : Par le passé, les laminectomies effectuées dans notre centre nécessitaient l’hospitalisation des patients. Un changement graduel de la pratique a toutefois eu lieu entre 2010 et 2013, et les laminectomies constituent maintenant, dans la mesure du possible, une chirurgie d’un jour, ou une chirurgie dont la durée de séjour se limite à une seule nuit.

Méthodes : Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective sur des patients ayant subi consécutivement une laminectomie au cours d’une des 2 périodes de 18 mois suivantes : avant le changement de pratique ou après celui-ci, c’est-à-dire après la mise en oeuvre du protocole de chirurgie d’un jour ou de chirurgie exigeant un séjour d’une nuit. Nous avons recueilli des données sur les caractéristiques des patients (âge, sexe, classification selon l’American Society of Anesthesiologists [ASA], adresse du domicile, nombre de vertèbres touchées par la laminectomie, perte sanguine estimée) et sur les résultats des patients (complications, durée du séjour à l’hôpital, réadmission dans les 30 jours).

Résultats : Aucune différence significative n’a été observée entre les 2 cohortes du point de vue de l’âge, du sexe, de la classification de l’ASA, du nombre de vertèbres touchées par la laminectomie et de la perte sanguine estimée. Il y a toutefois eu une augmentation du nombre de patients se présentant pour une chirurgie d’un jour (de 0 à 25) ou pour une chirurgie exigeant un séjour d’une nuit (de 0 à 13). Le nombre total de laminectomies (patients hospitalisés, chirurgie d’un jour et chirurgie exigeant un séjour d’une nuit) a également augmenté (de 41 à 82), tout comme la proportion de patients venant de l’extérieur de notre région (de 15 % à 32 %). Il n’y a eu qu’une seule réadmission dans les 30 jours suivant une laminectomie, survenue dans la première cohorte.

Conclusion : Nous avons constaté que les laminectomies effectuées comme chirurgie d’un jour ou comme chirurgie exigeant un séjour d’une nuit peuvent être réalisées de façon sûre, sans que les patients aient besoin d’être hospitalisés en période postopératoire ou d’être réadmis dans les 30 jours suivant l’intervention. Les patients demeurant à l’extérieur de la ville et devant rentrer à la maison en période postopératoire peuvent subir une laminectomie. Il est donc possible de réduire de façon sûre les ressources utilisées pour réaliser des laminectomies en effectuant ces interventions comme chirurgie d’un jour ou comme chirurgie exigeant un séjour d’une nuit chez certains patients.


Accepted Mar. 3, 2017; Early-released Aug. 1, 2017

Affiliations: From the Department of Surgery, Queen’s University, Kingston, Ont.

Competing interests: None declared.

Contributors: Both authors designed the study, acquired and analyzed the data, wrote the article, and reviewed and approved the final version for publication.

DOI: 10.1503/cjs.002017

Correspondence to: D. Yen, Douglas 5, Kingston General Hospital, 76 Stuart St, Kingston ON K7L 2V7; yend@kgh.kari.net